patientez
16 2015 ,

Presse 2

MEDIA BACHE revue_presse_02
16 2015 ,

presse 3

Mais que fait Marilyn au 384 rue Saint-Honoré ? Réponse : elle profite de la rénovation d’un immeuble pour squatter une façade et mettre en avant Miss Bubble, l’oeuvre d’une jeune artiste parisienne prénommée Chloé. Jusqu’à la fin du mois, on peut donc admirer la représentation cette icône féminine du cinéma hollywoodien, mais pas seulement, puisque son visage est composé d’une mosaïque de centaines de visages de femmes de différentes origines, tailles, corpulences, couleurs, religions, créant une nouvelle beauté plus hétéroclite et donc plus universelle.

D’autres toiles devraient prochainement recouvrir d’autres immeubles de Paris grâce à Media Bache, une société spécialisée dans l'exposition éphémère d'oeuvres artistiques sur des échafaudages de chantier. Objectif affiché : organiser à terme la plus grande expo à ciel ouvert et offrir ainsi un nouvel espace d’expression aux jeunes artistes. Une démarche d’autant plus dans l’air du temps, qu’elle se double de volets participatif et écologique. Les habitants des copropriétés pourront choisir l’oeuvre ou l’artiste retenu et participer au financement du projet grâce au crowdfunding, tandis que les oeuvres imprimées sur les bâches seront ensuite recyclées, notamment sous forme de sacs signés et numérotés par l'artiste. Marionnaud est mécène pour la réalisation de cette oeuvre et la Maison des Artistes, partenaire.

MEDIA BACHE revue_presse_03
16 2015 ,

Presse 5

Les passants qui auront levé le nez au 384 rue Saint-Honoré, en plein coeur de la capitale, auront pu repartir les yeux ébahis. Depuis le 20 avril 2015 et jusqu’au 29 mai, l’artiste Chloé expose son oeuvre « Miss Bubble », soit une bâche de 100 m2 montrant une Marilyn Monroe inattendue. En effet, l’icône est représentée avec une bulle de chewing-gum, mais ce qui étonne encore plus, c’est la mosaïque de visages que l’on décèle en s’approchant de plus près de l’installation. Plus de mille femmes d’origines et de corpulences différentes ont prêté leurs traits à cette oeuvre composite soutenue par Marionnaud et la maison des artistes. Une certaine idée de la beauté Chloé, qui fait un travail sur les compositions digitales depuis les années 2010, exprime ainsi en grand sa conception de la féminité : « Je suis partie d’une image un peu début de siècle qui peut proposer une beauté assez universelle d’une femme […] pour rentrer dans le détail avec une mosaïque de femmes différentes, des jeunes, des moins jeunes, des minces, des plus rondes, des blondes, des brunes, des Européennes, des Asiatiques, des Européennes… pour avoir cette idée que la beauté est universelle »…. Et unique !

ÉCRIT PAR : Vanessa Houpert@vanessawardrobe[TOUS SES ARTICLES]

MEDIA BACHE revue_presse_07